Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2016

Stoked BIG AIR Edition: FREEDOM…

 

STOKED BIG AIR EDITION

Genre: Snowboard
Editeur: Namco Bandaï
Développeur: Bongfish
Sortie: 11/03/2011
Déconseillé aux moins de 12 ans

Test sur Xbox 360 par SV Anim

Vous aimez notre amie la neige? Les beaux jours vous surprennent alors que vous n’avez pas eu la chance de surfer sur la poudreuse et de revenir des vacances d’hiver avec la trace des lunettes?? Don’t worry, vous pourrez reproduire cette ambiance dans votre salon! Grâce à votre fidèle Xbox 360 et le jeu de Namco Bandaï!

Un retard justifié

 

snowboard.jpgIl faut dire que Stoked B.A.Edition a tardé à sortir sur notre vieux continent, c’est début mars que l’hexagone a pu s’essayer à la glisse et aux figures « de ouf ». Alors que ce titre était disponible début décembre 2009 aux U.S.A.(!?)
Les jeux de glisse et notamment de snowboard ne font pas légion, vous connaissez peut-être SSX ou Shaun White. Là, l’exercice de style est différent car les studios Bongfish ont voulu faire quelque chose de différent. Un gameplay beaucoup plus proche des vrais sensations éprouvées dans le réel et dont il vous faudra apprivoiser les nuances au fil des heures de jeu que Stoked nous offre. Là où le bât blesse, c’est que les graphismes sont un peu dépassés, le background reste magnifique et la finesse de la neige impressionnante, la modélisation des personnages est acceptable, mais ne vous approchez pas trop des arbres et autres végétations, sous peine de prendre une avalanche de pixels dans les yeux!

Stoked se démarque de ses deux concurrents par une chose: le snowboard pur et simulé jusqu’au moindre détail. Là où SSX et Shaun White nous proposent d’incarner un djeun’s qui fait des acrobaties à tout va sous le regard d’un public en délire Stoked joue sur le terrain d’honneur : le réalisme. S’il pouvait supporter une comparaison, ce serait avec le très bon Amped 2.

La base du gameplay: le stick gauche vous permet de répartir le poids de votre avatar sur la planche, le stick droit contrôle la trajectoire. Les gachettes contrôlent vos mains pour faire des figures (dont vous avez la « bible » avec le livret fourni avec le jeu) « in the air » comme des grabs ou autres tricks.

à suivre ...

 

20/08/2016

Le point sur le classement mondial de FIFA 17

 

 

Certains d’entre vous le savent peut être, notamment ceux qui m’ont dans leur liste d’amis PSN, je suis en ce moment happé par le mode face à face et plus particulièrement par le classement mondial.

Il faut dire qu’avec le temps que j’ai en ce moment, et la faible masse de travail, je m’y suis remis assez intensivement… Bref, je joue à FIFA 17.  Pour en savoir plus sur la demo de fifa 17 : Nos impressions sur la demo de FIFA 17

J’ai donc eu la chance durant mes quelques matchs de jouer contre pas mal de joueurs de nationalités différentes. Victoires, défaites, nul… Bref, ces matchs m’ont fait me demander quelle nation dominée le Full Manuel Mondial fut 17 ?

Ce qu’il faut savoir à l’heure actuelle :

 

  • Le numéro 1 Français avec : 148V – 33N – 19D,

  • 7 nations se partagent les 20 premières places de FUT 17 :

    • Italie – 4 représentants,

    • Allemagne – 2 représentants,

    • Espagne – 4 représentants,

    • France – 5 représentants,

    • Grande Bretagne – 2 représentants,

    • États-Unis -  2 représentants,

    • Belgique – 1 représentant.

  • Le plus grand nombre de victoires et de nuls est attribué à Alx_05 avec 447 victoires et 277 nuls sur 1002 matchs fifa ultimate team avec crédits fifa pas cher .

  • Le numéro 1 Mondial est un Italien du nom de Carl_luis84 avec une ligne de statistiques intéressantes : 279 V – 113N – 58D,
  • Le plus petit nombre de défaites est attribué à tiobeckham23 avec 19 défaites pour 200 matchs.

  • Le plus grand nombre de buts contre son camp est attribué à mondial06 avec 56 buts contre son camp. Mauvais perdant ?

Nos français sont donc relativement bien placés à la 10eme place, à la 13eme place,  à la 14eme place et  à la 15eme place dans FIFA 17

On espère d’ailleurs avoir un français tout bientôt sur le podium ! Voila, c’est tout, pour le moment !

 

 

 

 

05/08/2016

FIFA 17 : Premiers crédits

 

Ravier9, le fameux joueur de la Team mythiX semble optimiste sur le prochain opus d’EA Sports, qui pose une base pour l’entrée dans une nouvelle génération de foot virtuel. Le système de défense sera moins assisté, beaucoup plus manuel. Le toucher de balle nettement amélioré, une fois le gameplay maîtrisé on peut « limite slider » !

« ça promet énormément »

 Lucho semble un peu plus pessimiste et souligne les quelques approximations qui demeurent dans cette version non-finale.  S'il est satisfait du maintient du marché des transferts (avec les site crédits fut 17 )Cependant il loue les efforts d’EA, qui a corrigé la majorité des problèmes soulevés par la communauté Fifa. Le problème des collisions entre joueurs de Fifa 17 semble résolu et le réalisme du soft et son interactivité sont « saisissants ».

« Excellent ! »

 

La communauté Fifa semble donc derrière son jeu et attend avec impatience de nouvelles précisions concernant Fifa 17 et bien-sûr : sa sortie à l’automne prochain !

Pour finir cette News, le trailer d’EA Sports réalisé pour l’ E3: le Gameplay de Fifa 17

 

22/07/2016

Street Fighter 2' Turbo Hyper Fighting sur 360

 STREET.JPG


Tout d'abord, je tiens à préciser que tous les noms des personnages employés dans cet article seront les noms définis par Capcom Japan, donc les noms originaux. Vega est donc le personnage avec la cape, M.Bison est le boxeur noir et Balrog est le personnage avec le masque et la griffe.

Afin de se venger de plusieurs de ses ennemis, Vega organise un tournoi de Street Fighter et envoie des invitations personnelles aux participants. Mais au cours du tournoi, un mystérieux individu qui n'etait pas inscrit surgit et tue Vega en utilisant le Shun Goku Satsu : c'est Gouki.

Ce nouvel episode de Street Fighter a subi de très légères modifications par rapport aux anciennes versions, mais elles sont importantes. Parmi celles-ci, la plus importante concerne la vitesse de jeu qui a été grandement accélérée et qui donne à Street Fighter une jouabilité inégalable pour un jeu de combat de l'époque. On note ensuite l'apparition de nouveaux coups pour certains persos comme la téléportation de Dhalsim, le kiko-ken de Chun-Li, les tatsu en l'air et les boules oranges (qui vont plus vite et font plus de dommages) de Ryu et Ken , pour d'autres éléments voir les articles sur ken : http://ken-le-survivant.net/2014/12/street-fighter-iv-ken... et http://ken-le-survivant.net/2015/01/street-fighter-iv-ken...

La grande particularité de ce portage sur Xbox 360 est bien sûr la possibilité de jouer en ligne. Ce mode est assez classique mais suffisant pour bien s'amuser. Vous avez le choix entre jouer pour la compétition en essayant de gagner des points et ainsi grimper dans le classement ou simplement de jouer pour le fun sans système de points.

Pour les parties classées c'est très simple, les rencontres sont aléatoires mais si vous gagnez contre un joueur possédant plus de points que vous alors vous en gagnerez beaucoup plus qu'en jouant contre un adversaire moins bien classé que vous.

Vous pourrez également rechercher une partie rapide ou une partie créée uniquement avec les paramètres qui vous conviendront. Seul point noir au tableau: le lag récurrent qui rend la jouabilité assez difficile et les duels avec vos amis moins amusants.

Je termine cet article en vous donnant une liste de quelques combos pour certains personnages, si vous en voulez d'autres n'hésitez pas à me solliciter sur le forum.



Ryu et Ken :

Saut gros pied > bas moyen pied > hadoken
Saut poing ou pied > tatsu
Saut gros poing > gros poing > hadoken

Honda :

Cross-up* moyen pied > moyen poing > bas gros poing

Guile :

Saut gros poing > moyen poing > sonic boom > gros poing
Bas moyen poing * 2 > flash kick

Zangief :

Cross-up bas HP > bas petit pied * 3 > bas gros pied

Sagat :

Saut gros pied > petit poing > tiger uppercut

 



*Cross-up : c'est un « passage dans le dos », par exemple cross up gros pied > Vous sautez sur l'adversaire avec un gros pied en se mettant pile à la bonne distance afin que le gros pied touche l'adversaire et que vous vous retrouviez dans le dos de l'adversaire.

 

12/05/2016

Mass Effect 2 - test

 

 Cela fait maintenant 2 ans que nous attendions la suite, c’est maintenant chose faite avec le 2ème épisode de la trilogie Mass Effect qui vient juste de pointer le bout de son nez. C'est peu de le dire : le jeu était tellement attendu que la déception ne devait surtout pas être au rendez-vous, et malgré quelques points discutables, le jeu s’en sort avec les honneurs.

Le premier épisode marquait le coup en innovant grandement sur les phases de dialogues, le côté RPG made in Bioware ou RuneSword II ,  et sur son univers aussi fouillé qu’un bon Star Wars. Tout n’était pas parfait évidemment : les planètes vides, les soucis de textures,  les phases de combat parfois aléatoires, l’exploration au Mako (le fameux véhicule qui nous accompagne du début jusqu’à la fin du jeu), les surchauffes des armes qui pouvaient procurer un sentiment de frustration extrême… Bref, certains aspects étaient pour le moins pénibles (par moment on avait envie de retourner vers un bon vieux fifa 14, de s'envoyer quelques crédits fifa pas cher , et d'aller collectionner les buts dans les ligues fifa au fin fon de l'Europe) mais la profondeur du jeu était tellement fouillée que même ces petites choses ne pouvaient pas nous gâcher le plaisir de jeu.

 

 

MASS.jpg

 

On retrouve donc le commandant Shepard, 2 ans après les évènements de la Citadelle, plus charismatique et plus classe que jamais à bord de son fameux Normandy. Le jeu commence déjà très fort avec cette scène d’introduction dans lequel votre vaisseau, attaqué, est en très mauvaise posture face à un autre vaisseau beaucoup plus gros et puissant. C’est donc à vous de prendre les commandes pour sauver votre équipage d’une mort certaine. Dès le début, Bioware a misé un maximum sur l’effet Hollywood, tout y est : les explosions, les flammes, certains membres de l’équipage tués… Un début qui ressemble étrangement à une fin car notre bon cher commandant meurt en disparaissant dans les profondeurs de l’univers. Vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’un jeu.  Vous vous dîtes sûrement à ce moment précis que nous allons incarner un autre personnage et que Shepard n’a pu survivre à une telle mort. Et c’est donc à cet instant que l’organisation Cerberus (déjà croisée dans le premier volet) décide de vous ramener à la vie pour sauver l’humanité et recruter la meilleure équipe possible pour combattre les Moissonneurs.

 

Peu après la première phase du jeu,  il est temps maintenant de faire ou parfaire votre personnage. Soit vous l’importez du premier épisode et vous conservez  donc votre passé et vos choix, soit vous pouvez en créer un totalement nouveau. Vous aurez aussi le choix parmi 6 classes  :  le soldat, l’adepte, l’ingénieur, le franc-tireur, le porte-étendard et la sentinelle. En fonction de vos envies de combats et de vos pouvoirs, choisissez bien votre spécialisation.

Une fois que la partie création est passée, vous allez pouvoir goûter à la partie action et la première chose qui saute aux yeux, c’est le dynamisme des combats qui ont été largement améliorés en comparaison du premier. Les déplacements sont plus fluides, plus nerveux également car vous pouvez maintenant taper un petit sprint pour vous mettre à couvert. La visée est aussi beaucoup moins lente et aléatoire qu’avant. Dorénavant, quand vous tirez sur un ennemi, ne le faite pas au hasard, visez les membres et la tête pour faire plus de dégâts. Il est vrai que l’on peut penser à du God of War et ce n’est pas faux, la volonté des développeurs a été de faire de ce 2ème volet, un épisode beaucoup plus action et donc moins RPG, on peut y voir un défaut pour certains, une qualité pour les autres. Toujours est-il que maintenant, ça déménage encore plus. Bioware a voulu miser sur un public plus large et grand public pour faire connaître sa licence.

Ce qui fait qu’en général, le jeu est un poil plus facile mais du coup un peu moins foutoir qu’avant. Vous conservez quand même la roue des pouvoirs, mais tout est plus directe en revanche sur les ordres, la flèche du haut demande aux coéquipiers d’attaquer un ennemi, la flèche du bas de rejoindre votre position, les flèches droite et gauche ordonne d’avancer vers un objectif précis de manière individuel. Vous pouvez donc maintenant rejoindre votre objectif ou d’attaquer directement les cibles que vous allez sélectionnées.  Comme vous l’aurez compris, même si le côté RPG n’est plus réellement présent, on aura gagné en punch.

 

En ce qui concerne la partie esthétique, rien à dire, on est loin du premier (faites donc l’essai avec le premier). Tout est plus beau et propre. Le détail des visages est saisissant, les univers variés et riches, les animations sont encore une fois superbement travaillées. Mass Effect 2 est donc difficilement attaquable sur ce point.  De même pour les dialogues, on avait assisté à une leçon avec son prédécesseur, cette fois c’est encore mieux.  Il va falloir parler, parfois de manière conciliatrice et parfois de manière pragmatique comme dans le premier, mais cette fois vous pouvez dire bonjour au système d’interruption que vous aurez souvent durant les conversations. Le principe est simple, LT et vous êtes cool, RT et vous êtes plus brut. Une petite manière encore de renforcer le côté immersion.

La bande son est toujours aussi travaillé et la musique de Jack Wall n’y est certainement pas étrangère. Vous aurez la possibilité de ré entendre des thèmes précis, mais surtout des nouvelles musiques. Le doublage est également soigné et rien n’a bougé de ce côté-là.

Dans le fond, on est vraiment pas déçu car on retrouve ce qui avait fait les qualités du premier en mieux et même si le côté jeu de rôle est un peu passé à la trappe, le titre ne manque pas de caractère et tout est bon à prendre dans les petits détails. Que ce soit au niveau des scans des planètes quand vous parcourez la galaxie pour envoyer des sondes minières et faire gonfler votre arsenal, que ce soit au niveau des mini-jeux qui ne sont plus que des simples QTE mais des exercices visuels pour débloquer des crédits et autres, que ce soit au niveau des missions secondaires qui sont beaucoup plus intéressantes qu’avant… on pourrait continuer la liste encore longtemps, mais il est clair que Mass Effect 2 gagne en profondeur.

Alors oui, les phases de chargement sont maintenant pénibles (les ascenseurs c’est terminé et c’est bien dommage car on est coupé dans notre élan), quelques petits bugs sont présents aussi, notamment durant certains dialogues (le personnage parle, mais la bouche ne bouge pas), passer un obstacle durant les moments un peu bourrins est parfois pénible, la Citadelle a été étrangement raccourcie, mais ce deuxième épisode va droit au but et offre des moments incroyables. On a un véritable plaisir de retrouver les personnages du premier et de se replonger dans cette histoire, aussi passionnante que fouillée.

Vous l’aurez compris, si vous ne connaissez pas Mass Effect, foncez, tout en sachant que vous n’êtes pas obligé d’avoir fait le premier pour craquer (même si c’est préférable mais pas indispensable pour autant). On ne peut qu’être bluffé par son histoire et ses personnages attachants et son univers aussi riche. Mass Effect 2 réussi une véritable prouesse et il serait dommage de passer à côté.

 

 

Les + : Univers prenant / graphismes époustouflants / retrouvailles avec tous les personnages de la série / Durée de vie

Les - : Temps de chargement long et plus du tout immersif / Quelques bugs durant les dialogues / Mais où est passée la belle et grande Citadelle ???