Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2015

Les plus grandes équipes du jeu FIFA suite

Voici un passage en revue des plus grandes équipes de l'histoire du foot FIFA : ces équipes de légende qui n'ont pas forcément tout gagné mais qui ont marqué les esprits des fans de foot.

  1. Les reines sans couronne

A chaque fois qu'une grande équipe remporte un trophée, des adversaires malheureux échouent de peu.

 

  • Brésil 1982 : Grâce à son milieu, où évoluaient des joueurs comme Falcao, Socrates et Toninho Cerezo, Zico cette équipe du Brésil fut l'une des plus séduisantes : combien de crédits fut 16 ( voir http://www.stat-foot.fr/credits-fifa-16-pas-cher-credit-f...  ) faudrait-il pour l'avoir dans le jeu FUT 16 aujourd'hui ? Des tonnes plus encore que pour le Real ou Barcelone.... Lors de la coupe du monde 1982, elle marqua quinze buts en cinq matches, mais ses lacunes défensives lui furent fatales face à l'Italie (3-2). Mais en déployant son jeu offensif, elle régalait les spectateurs.

    bresil82.jpg

  • Hongrie 1954 : Après avoir remporté les Jeux Olympiques en 1952, la prestigieuse équipe de Hongrie échoua lors de la coupe du monde. Ferenc Puskas et son coup de patte magique et Sandor Kocsis opéraient juste devant un Nandor Hidegkuti extraordinairement créatif. La Hongrie fut la première équipe non-insulaire à battre l'équipe d'Angleterre à Wembley en 1953, se contentant de gagner 6-3 alors qu'elle aurait pu marquer dix buts. L'année suivante, elle écrasa l'Allemagne 8-3 dans sa poule. A nouveau opposée à l'Allemagne en finale, elle allait s'incliner 3-2, après avoir mené par 2-0 après à peine 8 minutes de jeu et alors que Puskas, sérieusement blessé, ne participait réellement plus au jeu.

 

  • Pays-Bas 1974 : Cruyff, Neeskens, Krol et consorts enthousiasmèrent le monde entier avec leur "football total" et leurs maillots oranges lors de la coupe du monde 1974 mais durent s'incliner en finale face à l'Allemagne de l'Ouest. Sans le génial Cruyff, les esthètes du football allaient à nouveau se hisser en finale de la coupe du monde quatre ans plus tard.

 

 

 

      2 . Les vainqueurs

  • Allemagne Fédérale : 1972-74

Ce qui en a fait une grande équipe : Avant que la France ne l'imite 20 ans plus tard, l'Allemagne de l'Ouest avait été la seule équipe a détenir simultanément les couronnes mondiale et européenne. Sous la houlette d'Helmut Schön, elle fit preuve d'une efficacité extraordinaire et d'une défense impériale, cadenassée par un grand libero, Franz Beckenbauer. Porté à bout de bras par un Gunther Netzer diabolique, cette équipe allait conquérir le championnat d'Europe en 1972. Deux ans plus tard, Schön eut l'intelligence de remplacer ce dernier par Wolfgang Overath lors de la coupe du monde. En finale, les Allemands attristèrent tous les observateurs neutres en venant à bout des Pays-Bas de Johan Cruyff et ne reçurent peut-être jamais la reconnaissance qu'ils méritaient vraiment pour leur version du football total et pour avoir jeté les bases de l'emprise que l'Allemagne allait exercer sur le football européen durant trois décennies.

 

Ses vedettes : Franz Beckenbauer symbolise le flegme du libero et Gerd Müller fut le plus réaliste des buteurs modernes, mais des joueurs du calibre de Netzer, Overath, Uli Hoeness et Rainer Bonhof jouèrent également un rôle crucial à des moments clés pour une équipe d'Allemagne regorgeant de talent.

 

  • Pays-Bas 1988 :

Ce qui en a fait une grande équipe : Une équipe extraordinaire dans tous les compartiments. Comme toutes les équipes néerlandaises cependant, ses résultats ne furent pas à la hauteur des espérances. Elle ne remporta que le championnat d'Europe en 1988. Emmenée par le duo de l'AC Milan Ruud Gullit - Marco van Basten ainsi que Frank Rijkaard, le départ des Néerlandais lors de l'EURO 88 avait été catastrophique, mais ces derniers redressèrent la barre et finirent par s'imposer haut la main. Entraînée par Rinus Michels, celui-là même qui était passé si près de la coupe du monde 14 ans auparavant, l'équipe oranje n'allait jamais confirmer, se montrant décevante lors du Mondiale de 1990 et de l'EURO 92™, malgré un football chatoyant.

 

Ses vedettes : Marco van Basten. Sa carrière allait être brusquement interrompue par une blessure, mais il était au sommet de son art lors de l'EURO 88™, marquant notamment un formidable triplé face à l'Angleterre lors des poules ainsi qu'un but d'anthologie contre l'Union Soviétique en finale. Gullit était le métronome de l'équipe et Rijkaard ne lui enviait presque rien. On trouvait également dans l'équipe des joueurs moins médiatiques, mais tout aussi importants : Ronald Koeman, Gerald Vanenburg, Arnold Mühren et le gardien Hans van Breukelen.

 

 

 

 

 

 

 

20:45 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.